Lexique des soirées d’humour pour non-initiés

Soirée d'humour pour les nuls

Lexique des soirées d’humour pour non-initiés

 In Soirée d'humour pour les nuls

Quand on parle de soirées d’humour, les attentes diffèrent beaucoup. Certains sont persuadés qu’ils vont voir Louis-José Houde dans un bar louche sur Masson, d’autres croient devoir se déplacer au DIX30 pour voir un spectacle d’humour.

 Pour plusieurs, le concept général de « soirée d’humour » est assez flou. Ce terme plutôt imprécis ne réfère pas simplement à une soirée où on va voir quelconque spectacle d’humour. Une soirée d’humour, c’est un spectacle d’humour présenté de façon récurrente en un même lieu intime, comme un bar, un pub, une petite salle de spectacle ou un comedy club et où plusieurs humoristes défilent sur la scène.

Il s’agit d’un enchaînement de courts numéros humoristiques performés par des humoristes de tout calibre. Typiquement, un animateur ouvre le spectacle, «réchauffe la salle» et présente les humoristes invités.

La soirée d’humour a fait son entrée dans l’industrie québécoise au début des années 90 et leur nombre a explosé au courant des 7 dernières années. En ce moment au Québec, il y aurait environ 150 lieux différents qui présentent des soirées d’humour, dont une cinquantaine à Montréal. Les soirées d’humour comportent de nombreux avantages, autant pour les spectateurs que pour les humoristes, d’où leur popularité croissante.

En tant que public, c’est particulièrement le fun d’avoir accès à de l’humour diversifié et pas cher. Pour les humoristes, les soirées dans les bars et les comedy clubs sont un excellent endroit pour tester de nouvelles blagues.

Pour finir, voici un petit lexique qui explique le b a ba pour qu’on soit tous sur la même longueur d’onde :

B a ba

Aucun lien avec l’humour, mais comme j’ai utilisé cette expression dans la phrase précédente et que je ne sais pas si vous la connaissez, on va la définir avant de passer aux choses sérieuses.

B a ba : Connaissances élémentaires, rudiments dans un domaine, une activité.  

OK, on part pour vrai!

Open mic

Type de soirée d’humour où une dizaine de personnes différentes font des numéros d’environ 5 minutes. L’open mic est ouvert à tous, contrairement aux autres types de soirées où on exige un minimum d’expérience pour performer. Ça veut dire que dans un open mic, on peut assister à un numéro d’un humoriste habitué de monter sur scène suivi d’un numéro de mononcle Yvan qui essaie de faire de l’humour pour la première fois… et peut-être la dernière.

Rodage

Les soirées de rodage constituent la majeure partie des soirées d’humour. C’est là que les humoristes débutants et chevronnés testent leur nouveau matériel en présentant généralement des numéros de 7 à 10 minutes. C’est durant les soirées de rodage qu’on a la chance (ou la malchance) d’assister à la mort de nombreuses blagues. Si vous êtes des assidus de soirées de rodage, il n’est pas rare de voir un humoriste faire le même numéro plusieurs fois. Il peut y avoir fait quelques modifications, ou tout simplement vouloir le tester avec un public différent pour voir si les réactions seront les mêmes.

Headline

Un headline est une soirée où le dernier humoriste, généralement bien établi dans le milieu, présente pendant 30 à 60 minutes ses meilleures blagues ou un rodage de son prochain spectacle solo. Le “headliner” est précédé sur scène par un ou deux autres humoristes qui présentent pour leur part de courts numéros. Les soirées headline sont pas mal les seules qui annoncent d’avance qui sera sur le spectacle. Nous retrouvons ce type de spectacle particulièrement à l’extérieur de la région de Montréal. 

Crowd work 

Souvent, les animateurs des soirées vont faire du « crowd work » durant l’une ou l’autre de leurs interventions. C’est ce moment d’improvisation parfois malaisant, parfois très drôle, où il pose des questions au public.

Vincent Descôteaux, chroniqueur à la soirée Stand-up à l’Île noire

Chroniqueur 

Rien à voir avec ceux de Sucré Salé, les chroniqueurs des soirées d’humour sont plutôt les « réguliers » de leur soirée. Si l’animateur peut tester du stock durant ses interventions, le chroniqueur, lui, est obligé d’arriver avec un nouveau numéro à chaque soirée.

Bit

PARDON!?! Avec tous ceux qui ont été dénoncés en humour, vous parlez encore de bitte?! Calmos muchachos. Quand un humoriste parle de son « bit », et non de « sa » bite notez bien, il parle d’un bout de numéro. Un « bit » est simplement un anglicisme pour dire « partie de numéro portant sur un sujet précis ». À 3 lettres pour « bit » contre 36 pour la version francophone, on peut comprendre pourquoi les humoristes continuent d’utiliser le raccourci emprunté aux Américains.

Recent Posts

Leave a Comment

Donne ton adresse courriel et on te révèle comment ENLARGE YOUR... SOURIRE.

close